Chapitre 12 : Atteindre le calme au cœur de la tempête

Vous vous rappelez ma période discours de cérémonie de fin d’études en 2013 ?

Depuis, de temps en temps, je me baladais sur YouTube et je me faisais des piqûres de rappel. Un petit Denzel Washington par-ci, un petit J.K Rowling par-là. Nous étions en mars 2017 et j’avais décidé de revoir le discours d’Oprah Winfrey à Harvard. C’était le discours où elle offrait deux livres à tous les jeunes diplômés de l’année. J’ai décidé de lire ces livres. Il s’agissait de Nouvelle terre d’Eckhart Tolle et de L’homme aux deux cerveaux de Daniel Pink.

La lecture du livre de Daniel Pink s’est bien passée. Livre en effet intéressant sur les aptitudes (empathie, symphonie, le jeu etc.) à développer pour évoluer dans un monde mené par la technologie. Pour Nouvelle terre, ce fut une autre histoire. Je ne connaissais pas du tout Eckhart Tolle et son livre phénomène Le pouvoir du moment présent de 1997. J’ai abordé la lecture d’un œil complètement novice. Et comment dire….je n’ai rien compris. J’exagère. On va dire que je n’ai pas compris grand-chose. Je suis passée à côté du message. Je l’ai fini en me disant « mouais, mouais ». Ce qui est ironique c’est qu’il soulignait lui-même qui si nous ne connections pas avec le livre nous n’étions tout simplement pas prêt.e.s.

En Juillet 2017, j’ai décidé de remettre le couvert. Les recommandations d’Oprah Winfrey m’ont toujours fait écho et pour ce livre, elle avait l’air très enthousiaste. Je suis donc allée vérifier sur internet s’il n’y avait pas des vidéos qui pouvaient m’éclairer sur le sujet.

Oh merci internet !

Oui, Oprah était enthousiaste ! J’ai retrouvé une mini-série de vidéos explicatives qu’elle avait animée avec l’auteur. Il y avait des épisodes d’une heure par chapitre avec des questions, réponses en direct. – J’étais aux aaaannnnges ! En fait, j’étais tombée sur des enregistrements de conférences mondiales tenues en ligne et suivies par 35 millions d’internautes. Et là, ça a fait tilt, avec les questions des participants, les démonstrations. J’ai ressenti le message du livre.

Eckhart Tolle a un parcours personnel marqué par la dépression. On peut dire qu’il a connu une transformation personnelle. Les enseignements de ce livre étaient basés sur cette transformation. Il n’est pas attaché à une religion, ni à une tradition, même s’il fait référence au bouddhisme, à l’islam, au christianisme, à l’hindouisme, au taoïsme etc. Ce livre était l’invitation au passage d’un état à un autre état. Il était question d’un changement de mode de conscience. C’était comme s’il avait déconstruit toute mon approche de la connaissance de soi et qu’il l’avait reconstruite avec une approche et un vocabulaire différent. Avant Eckhart, je me disais que j’avais une personnalité, des casseroles héritées de mon enfance, de mon expérience. J’étais une sœur, une amie, une fille. Je savais que j’avais une palette variée d’émotions et que j’en préférais certaines à d’autres…Je savais que mon intuition était importante et voilà dans les grandes lignes.

Eckhart arrivait avec une conception différente des choses. Si vous vous souvenez du 1er chapitre, je voulais faire de la psychanalyse quand j’étais au lycée. Je voulais nous comprendre, nous êtres humains. Quand j’étais adolescente, je ne voyais que 4 disciplines qui s’intéressaient à notre expérience humaine – des disciplines avec des réponses -. Il y avait la psychologie, la sociologie, la philosophie et la religion et aucune ne me parlait assez pour que je m’y plonge corps et âme. Depuis la fin de ma période de perdition et le début de cette période d’apprentissage et de découverte, je réalisais que je n’étais pas tellement intéressée par le fait de maîtriser un sujet, je voulais explorer. Je voulais savoir comment les autres vivaient et voyaient la vie et c’était là que résidait mon niveau d’enthousiasme maximum. Je ne cherchais pas une réponse mais des réponses, des approches. Dans toutes mes découvertes, j’avais l’impression de rentrer un peu plus dans notre humanité. Tout était valide et j’incorporais ce qui me touchait, ce qui résonnait avec moi, pour construire mon modèle de vie. Un modèle évolutif.

Avec ce livre, Eckhart m’a introduit à la spiritualité. Avec lui, j’ai appris ce qu’était l’égo. Un égo qui était totalement différent de celui du langage courant souvent synonyme d’arrogance. Eckhart décrivait une partie présente en chaque être humain. Une partie à dépasser pour voir ce qu’il y avait au-delà. J’ai appréhendé ma souffrance différemment. Il soulignait une part de nous qui portait la souffrance personnelle. Une souffrance liée à ce qu’on a vécu mais aussi attachée à notre culture, notre genre etc. Il m’a présenté les notions de « rôle » et de « fonction ». Exemple : être mère est une fonction qui change en cohérence avec l’évolution de l’enfant et cela devient un rôle que l’on se donne quand on ne voit le monde qu’à travers cette fenêtre. « Je suis une mère et rien d’autre ». Et si vous le connaissez, il y a bien sûr son message sur la présence, la conscience, sur l’acception du moment présent et de ce qu’il contient et non de la résistance. Attention, l’acceptation n’est pas résignation. C’est un point de départ pour aborder ce qui nous arrive et agir en conséquence.

Ce message est vraiment arrivé à un moment opportun pour moi. Depuis 2013 et le début des découvertes, j’avais réussi à naviguer dans la vie avec une relative aisance. Je me sentais mieux « outillée » pour vivre. Cependant, à cette époque, je vivais ma première expérience où je me retrouvais impuissante et ce n’était pas dans le domaine professionnel, c’était côté cœur.  Vous savez ces moments où votre tête vous dit quelque chose et votre cœur vous dit complètement le contraire. J’avais l’impression d’être dans un labyrinthe super élaboré. Je voulais en sortir. Ma tête voulait en sortir mais pas mon cœur. Mon cœur n’avait pas fini d’aimer. Alors, j’étais constamment entre les deux, en essayant de trouver des solutions et en me retrouvant face à une impasse. La première fois que j’ai lu le livre, j’ai pensé à cette personne, j’ai retrouvé des exemples de certains de ces comportements… Alors, ce qui m’a frappé avec les vidéos, c’était mon rôle dans l’histoire. Oui, c’était bien à moi d’entendre tout ça. J’avais trouvé une ouverture. C’était comme comprendre que même s’il y a une tempête incroyable sur un océan, les eaux profondes restent calmes et imperturbables. J’accédais à une meilleure manière d’appréhender mes émotions parce que dans la présence, il n’y a pas de tumulte.

Et Eckhart me rappelait que j’avais la possibilité d’accéder au calme même au cœur de la tempête.

Sidonie


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *