Camila Ríos Armas, Co-Fondatrice et Directrice de UniR

CAMILA RIOS ARMAS PHOTO

Nous nous asseyons dans un café à quelques mètres de l’espace Kiwanda où l’organisation de Camila est incubée.
Je lui rappelle le principe de notre échange et appuie sur « enregistrer ».
En quelques minutes, je comprends comment Camila est arrivée à faire ce qu’elle fait.

Les fondations d’une mission. Camila est vénézuélienne. Sa famille n’est pas spécialement religieuse mais la jeune femme intègre un lycée tenu par d’anciens membres du clergé. Elle y trouve la rigueur, l’uniforme, les règles et cela crée comme un choc des cultures pour l’élève sortant d’une école montessorienne. Camila est perçue comme une rebelle pleine de revendications : pour l’égalité, pour plus de justice. Elle est aussi déléguée et accessoirement 1ère de sa classe. C’est donc une élève difficile à gérer pour ses enseignants. La terminale voit un rêve s’évaporer pour la lycéenne. Camila a toujours voulu être médecin mais elle réalise qu’il s’agit d’un métier de vocation et ce n’est pas son cas. L’adolescente ne sait plus vers quoi s’orienter et par chance, son père lui ouvre une nouvelle direction. Il évoque une formation en philosophie, histoire, politique et économie à l’Université Métropolitaine de Caracas (UNIMET). La jeune femme est conquise. Elle passe et réussit le concours d’entrée de cette université privée et grâce à une bourse pour son mérite scolaire, elle rejoint cette formation. L’étudiante s’épanouit dans ses études et ajoute le Droit à ses matières avec l’objectif de créer un monde plus juste. Elle suit ces cours pendant 2 ans et réalise que le Droit est un domaine particulier avec une dynamique qui ne correspond pas à son aspiration (recherche d’accords, négociation prépondérante etc.) et d’autant plus dans son pays.

« Un jour, en cours de Droit, j’ai compris que je ne ferai pas la justice avec ça. »

Camila décide d’arrêter cette option, malgré l’insistance et la déception de ses professeurs qui lui reconnaissent de grandes aptitudes. Camila m’explique, comme elle leur a expliqué à l’époque que sa compétence n’était pas liée à son envie. Je ne peux que comprendre sa position, comme nous l’avons déjà vu dans d’autres portraits.

Bonjour, Sciences Po Paris. Bonjour, campagnes électorales. Depuis son arrivée à UNIMET, Camila vise l’échange de son université avec Sciences Po Paris. Elle prend des cours de français et souhaite être prête pour participer au programme d’échange prévu en 3ème année. Ce programme permet à 4 jeunes de venir suivre des cours à Paris, cependant, pour cette promotion, Camila est la seule à être sélectionnée pour le départ. La jeune expatriée s’acclimate comme elle peut à la nouveauté. A 23 ans, c’est la 1ère fois qu’elle vit seule (Merci à Daria et à sa famille pour le prêt de l’appartement). C’est la 1ère fois qu’elle n’a ni parents, ni amis aux alentours. Et aussi, Camila est arrivée en hiver et c’est la 1ère fois qu’elle ne voit pas le soleil quotidiennement. Côté études, le rythme est intense avec des cours en français et en anglais. Camila rentre de cette expérience grandie avec une soif d’autonomie. Quelques mois après, elle rejoint la campagne politique de Henrique Capriles Radonski. Elle s’engage dans une période historique pour le pays. Pour rappel, ou information, Hugo Chavez a été président du Venezuela pendant 14 ans (du 2 février 1999 au 5 mars 2013). A l’époque que nous évoquons, Camila vit les 1ères primaires qui laissent la place à de nouveaux candidats. Elle intègre l’équipe en charge de la stratégie de communication et participe à une initiative pour faire remonter les besoins, les attentes et les projets des citoyens. C’est une grande période d’ébullition et d’adrénaline à l’heure de l’influence grandissante des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook. C’est aussi le danger sur le terrain, en représentant l’opposition et le souhait de faire bouger les lignes d’un système établi. Entre janvier 2012 et avril 2013, Camila participe à 4 campagnes électorales : les primaires avec une victoire, la présidentielle qui est perdue, les régionales sont gagnées. Et de nouvelles présidentielles provoquées par la mort d’Hugo Chavez sont perdues à la faveur du président actuel Nicolás Maduro. C’est un moment très fort pour la jeune femme qui voit se dessiner un avenir absolument sombre pour le Venezuela. Avec un président aux idées qu’elle considère extrémistes. Constatant l’état nerveux et émotionnel critique de sa fille, son père l’invite à s’éloigner pour prendre du recul.

Du Bronx à la jungle de Calais. La jeune femme écoute le conseil de son père et s’envole pour New-York. Cela s’en prendre le temps d’assister à sa remise de diplôme où elle doit donner un discours en tant que major de promotion. Pendant cette période, Camila prend conscience de ce qui l’anime le plus :

« Je veux travailler pour les personnes qui sont loin de chez elles »

Un constat qui résonne avec l’expérience qu’elle a elle-même vécue lors de sa 1ère expatriation en France en 2011. Elle rejoint donc un programme de socialisation pour les personnes migrantes mexicaines, situé dans le Bronx, en tant que bénévole. Cet engagement confirme son sentiment.

Pour poursuivre en master, Camila postule auprès de différentes écoles à New York, à Paris et dans le Sussex. Sa candidature est retenue partout et elle choisit Sciences Po donc Paris parce que l’école lui est maintenant familière et que le cursus est de 2 ans (la durée étant un critère important dans sa volonté d’éloignement). Elle intègre le master axé Moyen-Orient et Migrations. Un choix lui permettant de nourrir sa curiosité et son envie de découverte. Pendant son cursus, elle fait un stage de 6 mois à Madrid où elle travaille à la communication pour le Secrétariat général Ibéro-américain, un programme de coopération culturelle entre l’Espagne, le Portugal et l’Amérique latine. A son retour à Paris, elle fait du bénévolat pour la jeune association étudiante Sciences Po Refugee help créée par l’école pendant qu’elle était à Madrid.

En parallèle, un projet de recherches sur l’utilisation de l’art par les réfugiés de Calais lui trotte dans la tête. En effet, de nombreux articles rapportent l’importance de l’expression artistique des populations migrantes. Elle souhaite se rendre à Calais pour voir comment cela se manifeste. Grâce à des groupes Facebook destinés aux interventions à Calais, Camila trouve un contact pour donner des cours de Français sur place à « l’école Darfour » pour aider la communauté soudanaise. La jeune femme arrive en février 2016 dans ce qui est nommé « la jungle de Calais » ou « la lande », un lieu avec 14 ans d’histoire et une population de plus 10 000 personnes, à son plus fort, selon les associations. C’est aussi la 1ère opération de démantèlement du camp et Camila doit dépasser 8 files de CRS.

« Je rentre et c’est un village, une ville, il y avait des coffee shops, des restaurants, des églises, des mosquées, des boîtes de nuit […]. »

Camila intervient une 1ère fois pendant 1 semaine puis y retourne en juin 2016 au moment de la fermeture du camp. « Au Venezuela, j’ai fait beaucoup de bénévolat dans les favelas et je n’ai jamais vu la misère comme là-bas ». Un vrai choc par rapport à l’image de la France, pays des Droits de l’Homme.

Cela réveille son besoin d’action. Elle est venue pour l’art et repart avec un projet éducatif. Si on n’a jamais été déraciné par nécessité, il n’est pas évident d’imaginer les préoccupations d’une personne devant fuir son pays pour sa sécurité. Malgré la précarité de leurs conditions de vie, Camila se retrouve devant de nombreuses personnes lui posant des questions liées à l’éducation supérieure en France. Elle passe aussi devant des tentes remplies de livres. Certaines personnes lisent toute la journée.

La réalité est frappante. Malgré la cassure, ces personnes souhaitent poursuivre leur élan et s’adapter pour reprendre un projet de vie. Pour agir, notre jeune étudiante se tourne vers l’organisation Kiron axée sur l’éducation des migrants. Elle est bénévole pendant 6 mois. En même temps, elle cherche un emploi dans des associations, des organisations internationales en France, en Amérique latine, etc. Et pour subvenir à ses besoins, Camila est hôtesse de caisse dans le Monoprix à proximité de l’appartement qu’un ami lui prête. Elle vit avec moins de 400 € par mois et réduit ses dépenses au strict minimum.

Son bénévolat pour Kiron se transforme en emploi durable. Elle gère d’abord les programmes liés aux cours de français, puis, elle prend plus de responsabilités et devient Directrice de l’accompagnement aux étudiants avec une équipe d’environ 6 personnes. Seulement, « en octobre 2017, ils décident de fermer Kiron ». Certaines personnes de l’équipe trouvent un autre emploi et Camila ne se voit pas « abandonner » les bénéficiaires en cours de route. Alors, elle décide encore « de faire quelque chose ».

Todos unidos / Tous unis. « Je ne crois pas qu’on puisse changer le monde et trouver des solutions à tout mais je crois beaucoup au pouvoir qu’a l’être humain de changer lui-même et la vie des autres ». Camila reprend les choses en main, s’entoure du mieux qu’elle peut et forme UniR, une association qui a pour vision de :

• développer l’accès à des opportunités égales de formation tout au long de la vie (enseignement supérieur, formations professionnelles, stage, alternance…) pour les personnes réfugiées et demandeuses d’asile situées en Île-de-France,
• contribuer à l’élaboration de solutions pérennes d’intégration des personnes migrantes,
• contribuer à la production et à la diffusion de connaissances sur les questions d’intégration des personnes migrantes.

Et au fait, son organisation se nomme UniR pour le principe d’union (aussi valable dans sa langue natale, l’espagnol), d’université et de réfugiés. Sur la page d’accueil du site on peut lire « Apprendre est un refuge ». C’est tellement beau et tellement juste.

Camila, je ne pouvais pas clore ton portrait sans écrire quelques lignes sur ton art. En effet, Camila est aussi poète avec 2 recueils de poèmes publiés et intitulés « Muralla Intermedia » (mur intermédiaire) et « Ecos », pour l’écho de la voix.

 

UniR : site

Photo : Magui Trujilo

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmailFacebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *